Pendant l’hospitalisation

L’école dans l’hospitalisation

De nombreux Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) comportant des services de pédiatrie, bénéficient de la présence d’enseignants spécialisés souvent polyvalents et travaillant dans plusieurs services.

Les services déconcentrés de l’Éducation nationale organisent la scolarisation des enfants et adolescents hospitalisés temporairement selon les situations locales. La plupart des hôpitaux sont en lien avec un ou plusieurs établissements scolaires. Dans le second degré, la diversité des parcours demande des réponses diverses et ajustées.

Près de 800 enseignants spécialisés sont affectés dans des hôpitaux ou maisons d’enfants à caractère sanitaire.

Les enseignants peuvent s’appuyer sur les techniques de l’information et la communication (TICE). Les TICE permettent aux élèves isolés de continuer à communiquer et d’avoir des liens avec l’extérieur.

Voici les coordonnées de certains d’entre eux.

Rôle des centres scolaires à l’hôpital

Les enfants peuvent être hospitalisés assez longtemps, même si ce temps est fragmenté, dans les services d’oncologie pédiatrique et dans les centres de Rééducation. Il est alors vital de maintenir le lien avec l’établissement scolaire d’origine de l’enfant dans toutes ses dimensions : pédagogique, sociale et affective.

Après le « feu vert » des médecins, et avec l’accord de la famille, l’enseignant de l’hôpital établit un projet scolaire en accord avec l’école d’origine de l’élève hospitalisé en liaison au plus près de ce qui se fait dans sa classe de référence. Un projet individuel de scolarisation est rédigé pour chaque enfant, et un bilan détaillé de ce qui aura été fait sera envoyé à l’école dès la fin de l’hospitalisation, en termes d’apprentissages effectués et de compétences acquises.

Actuellement la durée d’hospitalisation dans un service de neurochirurgie est généralement trop courte pour permettre l’élaboration d’un projet scolaire individualisé pour chaque enfant. Mais la présence d’une Ecole et d’enseignants représente pour l’enfant, ses parents et aussi ses médecins une promesse de Projet de Vie.

Voici deux exemples :

Le point scolarité :

A l’hôpital Necker, les enseignantes du service de neurochirurgie sont également présentes au « Point scolarité » au niveau de la consultation pour mettre en place un suivi au long cours. En effet, chaque année à l’occasion de la consultation avec le neurochirurgien, le point est refait avec le jeune et sa famille, afin de poursuivre ou de réajuster le projet scolaire, et ceci toujours en lien avec l’établissement d’origine.

A la demande des neurochirurgiens, les enseignantes de la classe de neurochirurgie effectuent des évaluations des troubles des apprentissages. Ces évaluations permettent dans la plupart des cas de faire des propositions d’adaptations pédagogiques et d’aménagements scolaires. Ces propositions se font avec les enseignants de la classe d’origine de l’élève et des projets d’accompagnement de la scolarité sont alors proposés : PAI, PPS, PAP. Les enseignantes participent ainsi à l’élaboration de l’EES (équipe éducative de suivi de scolarisation) ;

Un accord a été mis en place avec le CIO spécialisé de Paris (centre d’information et d’orientation). Cette collaboration permet aux jeunes suivis dans le service de neurochirurgie d’être reçus dans des délais raisonnables et d’élaborer un projet d’orientation adapté à leurs besoins. Ce suivi avec le CIO est dédié aux élèves des collèges, lycées et aux jeunes déscolarisés et peut se prolonger jusqu’à l’âge de 25 ans.

La consultation Multi-Disciplinaire (CMD)

Les enfants traités pour une tumeur cérébrale souffrent le plus souvent de séquelles neurologiques et cognitives qui se répercutent progressivement sur le déroulement de la scolarité. Pour améliorer la prise en charge de ces enfants, une consultation multidisciplinaire (CMD) a été créé en 1997, avec la collaboration du service de neurochirurgie de l’hôpital Necker, le CSI de l’hôpital National St Maurice, l’Institut Curie et les associations de parents d’enfants atteints de tumeur cérébrale.

L’objectif de cette CMD est de rechercher et de proposer à l’enfant, à sa famille et à son école une prise en charge adaptée aux difficultés rencontrées.

La CMD permet un échange d’informations entre les professionnels connaissant chacun de ces enfants cérébro-lésés et améliore les actions mises en place autour de l’enfant et de son processus de réinsertion scolaire. Elle a permis de souligner l’importance de certains outils d’évaluation utilisés comme les évaluations neuro-psychologiques. Elle se réunit chaque mois durant la période scolaire

Participent à cette CMD : Oncologues, neurochirurgiens, pédopsychiatres, neuropsychologues, services de soins, enseignants, associations de parents…

Les associations

La FEMDH  propose aux malades de 5 à 25 ans empêchés de scolarité,  et toujours à la demande d’une équipe médicale hospitalière, de poursuivre  une scolarité pendant la maladie.

La FEMDH conduit ces projets en liaison avec l’Education Nationale, les S.A.P.A.D et  les établissements scolaires d’origine.

Les enseignants de la FEMDH peuvent également se déplacer au domicile des patients dans toute la Région Ile de France

Site web : http://www.femdh.fr/

L’école à l’hôpital

Des professeurs  bénévoles dispensent des cours gratuits et individuels adaptés au niveau scolaire des jeunes collégiens et lycéens hospitalisés. A la demande certains cours peuvent être organisés pour les élèves des Ecoles supérieures.

Adresse : 89 rue d’Assas. 75 006 Paris 75 006. Tel : 01 46 33 44 80 – eah.tarnier@free.fr

site web : http://www.enfant-hopital.org/