La vie d’un service de neurochirurgie

La durée du séjour

Le séjour de l’enfant à l’hôpital dure environ une semaine ; il peut, pour des raisons diverses, être prolongé de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines.

L’organisation générale du séjour

Il n’existe pas d’emploi du temps pré-établi ; si l’enfant arrive dans le service par le biais des urgences, les actes médicaux sont effectués rapidement et les décisions sont prises au fur et à mesure du séjour.

En revanche, si le séjour à l’hôpital est programmé, il est possible d’en organiser le déroulement à l’avance ; l’ordre ainsi établi le sera à titre indicatif, et de nombreuses raisons peuvent amener le personnel médical à déplacer la date de certains soins ou examens, ou même celle de l’intervention.

Le personnel et leur fonction

Le personnel médical

Le chef de service

C’est le neurochirurgien qui a la responsabilité médicale et administrative du service. Le neurochirurgien
Chaque enfant est suivi par un neurochirurgien. Il voit l’enfant en consultation et détermine son traitement
Il opère l’enfant puis le suit durant son hospitalisation.
C’est lui qui suivra toujours l’enfant par la suite.
Il le revoit régulièrement en consultation, après sa sortie de l’hôpital et cela pendant une durée variable en fonction de la pathologie
La famille et l’enfant établissent toujours un rapport privilégié avec le neurochirurgien qui a opéré.

Le neurologue

Le neurologue est chargé, après consultation, de détecter les troubles dont souffre l’enfant. Pour établir son diagnostic, il  dialogue avec lui pour cerner précisément les symptômes. Le neurologue décide des examens médicaux à passer et administre un traitement à l’enfant.  Si le cas est plus complexe, il consulte les autres spécialistes avant de se prononcer. Ensemble, ils élaborent le diagnostic, décident d’un programme de traitement et d’une éventuelle opération.

Le chirurgien plasticien

Il prend en charge les malformations cranio-faciales. L’anesthésiste-réanimateur
Avant l’opération, l’enfant est systématiquement vu en consultation d’anesthésie. L’anesthésiste effectue plusieurs vérifications médicales, comme la recherche d’allergies. Intervenant après le chirurgien qui a déjà parlé de l’opération à l’enfant, l’anesthésiste est là pour lui en expliquer de nouveau les différentes étapes. Il lui demande comment il souhaite être endormi, avec le masque ou par piqûre, et lui décrit comment se passera le réveil. Il le rassure en lui disant qu’il n’aura pas mal et qu’il ne sentira rien. Auprès des parents, l’anesthésiste insiste sur l’importance de parler de l’opération avec leur enfant.
Avec l’aide des infirmiers, l’anesthésiste prend en charge la douleur éventuelle de l’enfant. Par des méthodes adaptées à l’âge de l’enfant (observation de son comportement, échelle graduée, évaluation avec des cubes de différentes tailles…), il évalue la douleur, en recherche les causes et décide des traitements appropriés. Lors des consultations, l’anesthésiste voit l’enfant accompagné de ses parents puis l’enfant seul.
Un diplôme, la « capacité douleur », donne à l’anesthésiste la possibilité de se spécialiser dans ce domaine.

L’interne

On distingue les internes des externes. Les internes sont des médecins : ils ont des patients, rédigent des ordonnances, opèrent, décident de la sortie d’un enfant… Les externes ne peuvent pas prendre de décision médicale : ils sont là pour observer.

Le personnel soignant

 Le cadre supérieur infirmier

Il dirige l’équipe soignante : c’est avant tout un chef d’équipe.
Il est responsable de l’accueil des patients et de sa famille, et de la qualité des soins. Les parents peuvent donc le consulter pour tout problème d’hébergement, de nourriture, d’information… A ce titre, le cadre supérieur infirmer est plus en contact avec les parents qu’avec les enfants.

Le cadre infirmier

Communément appelé surveillant, il encadre l’équipe et relaie donc le cadre supérieur puériculteur. C’est un infirmier qui a suivi une formation particulière pour encadrer l’équipe soignante.

L’infirmier

Il a deux rôles essentiels.
En charge des soins, il a un contact quotidien et privilégié avec l’enfant. Il donne à l’enfant son traitement. Mais, il doit également observer l’enfant : il est un relais vers l’équipe médicale.
L’infirmier a aussi un rôle dans la vie même du service. Ancré dans le service, il s’y engage et participe à son amélioration.

Le puériculteur

C’est un infirmier spécialisé en pédiatrie qui effectue le plus souvent les mêmes tâches que les autres infirmiers.

L’aide-soignant

Il est en charge de l’environnement de l’enfant. L’aide-soignant se préoccupe du confort quotidien de l’enfant (repas, toilette, …).

L’auxiliaire de puériculture

Spécialisé dans la prise en charge de l’enfant, il effectue le même travail que l’aide-soignant.

Le personnel administratif

 Les secrétaires hospitalières et médicales

Des secrétaires hospitalières et médicales travaillent dans le service avec l’équipe médicale et paramédicale. La secrétaire hospitalière est responsable des formalités administratives pendant tout le séjour de l’enfant. Elle rencontre toujours les familles, car c’est elle qui s’occupe de la constitution et du suivi du dossier d’hospitalisation : papiers de sécurité sociale, feuille de sortie… Elle s’assure que tout est en règle. Les parents peuvent la joindre au téléphone en cas du moindre souci. La secrétaire médicale travaille avec les médecins, elle assiste souvent aux consultations et se charge du suivi du dossier médical (envoi du courrier vers le médecin traitant, prise de rendez-vous pour des examens dans d’autres hôpitaux…)

L’assistante sociale

Elle aide la famille à s’adapter aux changements causés par la maladie. Elle accompagne et conseille les parents dans leurs démarches administratives. Relais entre des organismes chargés d’aider les familles et les familles elles-mêmes, l’assistante sociale discute avec les parents pour évaluer leur situation.
Cette évaluation est primordiale pour que la réponse soit adaptée aux besoins. Son rôle est d’aider la famille et l’enfant à vivre dans de bonnes conditions. L’assistante sociale suggère notamment des solutions pour réorganiser au mieux la vie de famille : travailleuses familiales, aides ménagères, interruption de travail des parents (définitive ou temporaire) …  Elle doit également veiller à l’ “ accès aux soins pour tous ”, et aider les familles connaissant un souci financier. Elle se charge alors de trouver des aides financières auprès d’associations ou auprès de la Sécurité sociale (fonds de prestations extralégales).

Et aussi…

Il y a également des personnes qui viennent temporairement travailler dans le service: – des médecins consultants extérieurs au service qu’on appelle en fonction des besoins (stomatologue, ophtalmologue, ORL , pédo-psychiatres…) – des électroencéphalographistes – des manipulateurs de radio qui viennent faire des radios au lit – des brancardiers qui amènent l’enfant d’un point à un autre (départ/retour d’un examen, du bloc opératoire…) Toutes ces personnes travaillent en équipe pour le bien-être de l’enfant et de sa famille : ils font circuler l’information pour une meilleure prise en charge. Les personnes en contact avec l’enfant sont disponibles dans le service pour répondre aux questions des parents, dans la limite de leurs compétences.

L’emploi du temps de la journée

Il n’y a pas d’horaires fixes au sein du service de neurochirurgie pédiatrique. Le matin, les enfants se réveillent à leur rythme ; le soir, les plus jeunes vont au lit vers 20h30, tandis que les grands sont libres de choisir l’heure à laquelle ils se couchent.

Les repas sont servis dans les chambres ; les parents ont la possibilité de prendre le petit-déjeuner et le dîner avec leur enfant en achetant à la caisse Régie de l’Hôpital des « tickets-visiteurs ». Le midi, ils peuvent déjeuner, s’ils le souhaitent, à la cafétéria de l’hôpital.

Le reste de la journée de l’enfant est partagé entre les soins, les examens, l’école et les activités récréatives.