Trucs et astuces

Vous trouverez ci-dessous des trucs et astuces qui ont redonné le sourire aux enfants lors de leurs apprentissages scolaires :

Difficultés de repérage dans une feuille, un texte, une page du dictionnaire.

Veiller à la qualité des photocopies.

– Utiliser des textes plus aérés : travailler sur la taille des interlignes, utiliser des polices de caractères standard.

– Utiliser un guide lignes et des repères en couleur : 2 ou 3 couleurs contrastées en alternance.

Lecture des grands nombres

Coder pour que le grand nombre ne soit pas qu’un amas de chiffres mais des suites de « familles composées de 3 nombres » : famille des unités, famille des centaines, famille des mille… Donc ne pas écrire 247643890 mais 247 . 643 . 890

On peut également choisir une couleur différente pour chaque famille : 247. 643 . 890

Les tableaux à double entrée

Ils sont parfois difficiles à lire de même que la table de Pythagore. L’enfant se repère souvent plus facilement dans les tables de multiplication classiques à condition de veiller à leur lisibilité (choix des caractères et emploi des couleurs).

Pose des opérations

Le recours à privilégier est là encore le codage en couleurs des colonnes. Mais si les nombres sont trop importants, le codage devient impossible. Il est essentiel que l’enfant  apprenne les techniques opératoires avec des nombres qu’il peut facilement appréhender visuellement. Il va ainsi pouvoir monter des automatismes.

Pour les grands nombres ou en cas de difficultés importantes, utiliser la calculette.

Conversions d’unités

L’enfant peut avoir à sa disposition des grilles photocopiées qui sont des supports pour l’aider à poser des informations et à se repérer.

Exemple :

conversions

Difficultés en géométrie

– Tracer des obliques est source de difficultés. Il est donc souvent inutiles pour comparer deux nombres de poser les signes > ou <. On peut simplement demander à l’enfant d’entourer le nombre le plus grand ou inversement le plus petit.

– Reconnaître une figure est une tâche souvent difficile. Il est possible d’aider l’enfant en l’aidant à verbaliser ce qu’il observe et les conclusions qu’il peut en tirer en fonction de ses connaissances.

– Par contre construire une figure même simple peut rester impossible.

Mémorisation des consignes

– Répéter la consigne

– Si la consigne est double  ou triple: « Souligne les verbes en rouge, cherche leurs sujets et souligne les en bleu. » Séparer les tâches en utilisant des couleurs différentes :

– «  Souligne les verbes en rouge, cherche leurs sujets et souligne les en bleu.

Apprentissage des tables d’addition et de multiplication ; des faits numériques

L’enfant peut rencontrer des difficultés dans ces apprentissages. Il est donc utile de lui fournir un étayage : tables, liste des faits numériques… sans pour autant abandonner ces apprentissages qui se mettront en place lentement mais certainement.

Règles de grammaire : même démarche que dans l’apprentissage précédent. L’enfant peut garder la règle sous les yeux pendant la réalisation de l’exercice.

Les devoirs et les leçons à la maison

L’enfant reste longtemps fatigable. Il met plus lentement en place les automatismes. Il doit donc rester plus longtemps en éveil ce qui accroît sa fatigue. Il est indispensable d’alléger le plus possible les tâches scolaires après l’école. Il doit pouvoir goûter, jouer, se reposer. Les parents peuvent l’aider à apprendre ses leçons en construisant avec lui des fiches récapitulatives simples recensant les faits essentiels.

Difficultés d’écriture

Elles sont également fréquentes. L’écriture de l’enfant est malhabile et surtout très lente car dans ce domaine également les automatismes ne se mettent que lentement en place. L’enfant quand il réalise un exercice il doit mobiliser son attention de deux manières :

– Il doit garder en mémoire la consigne donnée et mobiliser ses connaissances pour la réaliser

– Il doit également penser à la manière dont il écrit et trace et relie  les lettres

L’acte graphique risque de mobiliser son attention au détriment de la réflexion demandée par l’exercice.

Il est donc important de réduire le plus possible les tâches d’écriture.

Pour certains enfants, on conseillera également le recours au traitement de texte. Mais ATTENTION : l’apprentissage du clavier doit être mené sous la conduite d’un ergothérapeute. En effet, si l’enfant tape  sur son clavier en n’utilisant que un ou deux doigts, le gain de temps sera faible.

Pour certains enfants, il sera nécessaire de recourir au traitement de texte.